Retour noel

Et si on oubliait la bûche pour Noel ?

Retour à la gourmandise, fini les bûches à chichis ultra chères et pas forcément divines, place aux idées pour les fêtes de fin d’année… 

Chez Bulliz, on préfère franchement les Apérichoux aux banquets interminables dont on met des semaines à se remettre ! Pour garnir leurs adorables petits choux, trois accords salés gagnants – polenta crémeuse / magret fumé, mousseline carotte-céleri / brisures de marrons / lomito serrano, crème fouettée citron-ciboulette / saumon mariné / concombre et des parfums sucrés qui garantissent l’addiction ! Des plateaux de 20 à 40 pièces, des prix doux et le succès au rendez-vous !

Mathieu Mandard, Champion de France des desserts, le talentueux pâtissier des Artizans – Bistro & Gâteaux -, joue sur son mythique Paris-Brest signature et garnit les choux d’une crème onctueuse à la noisette du Piémont, cœur coulant vanille de Madagascar et noix de pécans caramélisées. Pour le Nouvel an, son baba punché se décline au rhum, au whisky tourbé ou à l’armagnac, avec sa crème pâtissière ton sur ton, chantilly vanillée, sucre Muscovado et croustillant aux deux sésames.

Et si l’on devait succomber à une bûche… ce serait celle d’Olivier Haustraete, Boulangerie Bo, réalisée avec le chocolat de la maison Weiss à St Etienne, se compose d’un biscuit au chocolat sans farine, d’un croustillant feuillantine pétillant, d’un crémeux au chocolat 69% origine Côte d’Ivoire et fève tonka, d’une mousse chocolat 67% et glaçage cacao…

Et pour tous ceux qui veulent faire leur dessert au chocolat eux-mêmes, Olivier Roellinger propose une poudre de sa composition, la Poudre équinoxiale, qui mêle cannelle, vanille, poivre noir et épices et révèle toutes les facettes des différents crus de chocolat.

 

Du plaisir, du goût, de la convivialité, n’est-ce pas là la raison d’être des fêtes ? Ces talents, jeunes, à la tête de leurs entreprises qu’ils gèrent avec l’esprit d’aventure, l’ont compris.

A découvrir sur la pressroom &SENS >>